Une pluie de pétales roses

par Ariel & Shya Kane

Une pluie de pétales roses

Avez-vous déjà fait l’objet d’une remarque blessante? Quelle a été votre réaction? Êtes-vous partis vexés, avez-vous répliqué et tenu tête pour le regretter peu après? Avez-vous décidé de passer outre sur le moment, seulement pour vous en vouloir plus tard? Peut-être êtes-vous du genre à ressasser toute la nuit ce que vous auriez pu répondre…à chercher les bonnes répliques…ou à préparer votre revanche future?

Mais avez-vous déjà simplement laissé tomber l’affaire? Complètement et totalement ? Pas seulement pour tendre l’autre joue tout en souffrant de l’injustice commise ? Voici une de nos aventures qui vous donnera un exemple.

Vers la fin des années 90, nous conduisions une série de séminaires au Costa Rica. Ces séminaires avaient lieu près la plage de Manuel Antonio, sur la côte Pacifique du pays. Nous avions rencontré un couple, Rena et Sven. Ce couple était du genre à tout juger et tout critiquer et nous étions mal à l’aise en leur compagnie.

Un jour, nous allâmes à la plage tôt le matin. En sortant du taxi nous passâmes un accord avec le chauffeur pour qu’il repasse nous prendre une heure plus tard pour nous ramener à l’hôtel. En descendant vers la plage, nous rencontrâmes Rena et Sven. Pendant les quelques mots échangés en salutations d’usage, Rena glissa quelque chose de vexant – pas seulement dans les mots mais aussi dans l’intention.

Vous êtes sûrement familiers avec ce genre de commentaires plein de sous-entendus, Imaginez un adolescent qui claque la porte de sa chambre en lançant un « très bien ! » sarcastique et menaçant,  accompagné d’un roulement d’yeux horripilé. Vous comprenez l’idée.

Peu importe ce que nous dit Rena ce matin-là. Nous mîmes fin à la conversation prestement et continuâmes notre promenade sur la plage. Au départ c’était un peu difficile de ne pas faire de commentaire sur ce qui venait de se passer ou de ne pas renforcer l’agitation qui accompagne une telle attaque verbale ou énergétique. Cependant nous nous dégageâmes intentionnellement de cet incident et nous impliquâmes dans ce qui se présentait devant nous : le sable entre nos orteils, les pélicans qui volaient en groupe, leurs ailes effleurant les vagues, le soleil, l’écume, notre conversation, NOTRE vie. Nous plaçâmes notre énergie sur ce qui se passait dans le moment plutôt que sur les agissements de Rena ou Sven, et, au cours de notre promenade, notre contrariété disparut. En fait nous les oubliâmes complètement.

Cette expérience est une parfaite démonstration des 3 principes de la Transformation:

Premièrement – Ce que vous résistez, augmente en intensité, et dans ce cas précis, vous accompagne pendant votre promenade sur la plage en dominant votre vie et votre expérience courante. Si nous nous étions opposés à Rena, et avions fait objection à ses propos et à son attitude, si nous en avions fait un sujet de conversation entre nous, la plage aurait disparu de notre champ de vision. Quand vous êtes préoccupés par des pensées belliqueuses, vous en devenez prisonnier et votre univers se résume bientôt à ces seules pensées.

Deuxièmement – ce couple ne pouvait pas être différent de ce qu’il était. Rena n’aurait pas pu dire autre chose, et nous n’aurions pas pu avoir une réaction initiale différente à ses propos.

Troisièmement – Tout ce que vous autorisez à être tel qu’il est, a la possibilité de se compléter. Nous n’avons pas engagé nos pensées sur eux et la situation ainsi que notre réaction initiale s’est estompée.

Mais bien sûr, comme souvent dans ces cas là, la vie vous donne l’opportunité de vérifier si votre contrariété a vraiment disparu, et vous présente une autre chance de résoudre la situation, si besoin est.

Bientôt notre heure de promenade était finie et il était temps de retrouver notre taxi et de retourner à l’hôtel. Mais en montant vers le lieu du rendez-vous, sur qui tombons-nous? Rena et Sven bien sûr. Nous ne voulions pas être impolis mais nous ne voulions pas avoir une nouvelle conversation avec eux. Alors, simplement, nous ralentîmes un peu notre promenade pour créer un peu d’espace entre nous. C’est à ce moment là, qu’une chose très douce et spéciale se produisit. Au Costa Rica, il y a beaucoup d’arbres à fleurs. Les collines sont couvertes de fleurs violettes, orange, jaunes et roses. Juste au tournant de la rue, il y avait un vieil arbre couvert de fleurs roses. Au moment où nous l’atteignîmes, une douce brise se souleva et passa à travers nos cheveux et à travers les branches de l’arbre. Et soudain une pluie de pétales roses se mit à tomber. Nous étions là, émerveillés, baignant dans une pluie de pétales roses.

C’était comme si  les circonstances de notre vie nous avaient guidés pour que nous puissions être les témoins d’un tel instant. Nous ne nous étions pas intentionnellement éloignés de Rena et Sven, mais plutôt, nous avions marché de concert avec le vent, le soleil et notre vie. Nous étions synchronisés, agissant de façon appropriée pour nous et nos désirs. Quand vous êtes dans le moment présent, vous faites partie de la symphonie de la vie et la musique est harmonieuse, pure et simple. Ce jour là, le thème musical était une douce pluie de fleurs.

No Comments

Post A Comment