Un premier rendez–vous

Un extrait du livre How to Have A Match Made in Heaven: A Transformational Approach to Dating, Relating and Marriage

Un premier rendez–vous

Article BONUS: Un moment décisif pour Ariel

Il faisait encore frais à six heures et demie du matin alors que nous marchions pieds nus sur la plage de Manuel Antonio avec Susan. Nous étions au milieu d’une des aventures de découverte personnelle que nous conduisons chaque hiver au Costa Rica. Les participants viennent des quatre coins du monde pour s’extraire de leur routine quotidienne et se reposer. C’est une opportunité pour eux de découvrir les aspects mécaniques de leur vie sans se juger dans un environnement luxuriant et agréable. Une possibilité de se relaxer et de se laisser vivre.

Ce matin-là, Susan nous parlait de ses relations avec les hommes ou plutôt, de son absence de relation avec les hommes. Nous connaissons Susan depuis longtemps. C’est une femme charmante. Vous connaissez peut–être quelqu’un comme elle. Au travail elle est efficace et respectée, quelqu’un qu’on admire. La jeune quarantaine, elle est jolie, mince, intelligente, responsable, sans prétention et elle adore le baseball. Bref, c’est une femme de rêve pour beaucoup.

Et pourtant, au cours des années où nous l’avons connue, Susan n’a pas eu beaucoup de chance dans ses relations amoureuses. Typiquement, elle tombe amoureuse d’un homme et après quelques mois ou parfois un an ou deux, la relation se termine. Maintenant, quand quelqu’un lui plait, Susan ne le dit plus à ses amis. C’est trop embarrassant d’avouer qu’une fois de plus ça n’a pas marché.

Nous lui avons demandé si elle rencontrait des gens nouveaux. Elle nous a dit en grimaçant qu’elle « faisait une pause ». Je ne vois pas l’intérêt. Je n’ai pas de problèmes pour rencontrer des gens mais ça ne dure jamais. Je dois avoir un problème.

Rejetant l’idée qu’elle avait « un problème », nous avons choisi de regarder la manière dont elle approchait ces rencontres. Nous l’avons encouragée à adopter une perspective transformationnelle et anthropologique – comme un scientifique qui observerait la culture d’un individu unique – lui–même, et observerait sans jugement avec objectivité. Le meilleur point de départ pour ce genre d’introspection, c’est l’instant présent. Rien de tel que de commencer avec le moment présent.

– Comment approches–tu ta vie dans l’instant présent ? lui avons-nous demandé. Il faut que tu commences par apporter de l’attention consciente à tes actions dans le moment présent.

En se concentrant sur le moment présent, il devint évident que dans son intention de régler ce « problème », d’arranger les choses et d’envisager un meilleur futur, Susan passait à côté de beaucoup de choses – la caresse de la brise dans ses cheveux, le sable entre ses doigts de pieds, le bruissement des vagues.

Il devint également évident, en parlant avec elle, que Susan était rarement présente dans sa vie de tous les jours. Elle courait toujours après quelque résultat escompté qui allait la rendre heureuse, satisfaite ou meilleure – dans le futur. Cela se voyait dans la manière dont elle approchait la conversation. C’était difficile pour elle de marcher avec nous. Elle avait tellement l’habitude de réfléchir et d’élaborer des stratégies qu’elle perdait de vue ce qui se présentait devant elle. Elle ne voyait pas les jolis coquillages, l’écume des vagues, les mouvements de ses muscles quand elle marchait. Soit elle chargeait au pas de course, soit elle se perdait dans ses pensées et arrêtait d’avancer.

Nous lui avons demandé si elle avait déjà fréquenté plus d’une personne à la fois. Elle parut surprise par la question comme si nous avions suggéré qu’elle ait été un peu « facile ». Alors nous lui avons expliqué : « Est–ce que tu as déjà pensé à déjeuner avec quelqu’un le mardi et à sortir avec quelqu’un d’autre le vendredi, etc. afin de découvrir avec qui tu te sens vraiment bien, avant de te précipiter dans une relation amoureuse ? » L’air un peu gêné, elle nous dit que non. Tout à coup, nous avons réalisé que Susan n’avait jamais pris le temps de fréquenter qui que ce soit. Elle se mariait immédiatement : dès qu’elle sortait avec quelqu’un, elle voulait que ce soit « le bon ». Immédiatement elle le transformait en mari – en relation parfaite.

Nous l’avons encouragée à se relaxer dans les jours suivants et à oublier le futur et l’idée de rencontrer quelqu’un ou non. De simplement être présente et de s’amuser.

Deux jours plus tard pendant le séminaire, Susan nous raconta avec excitation sa première expérience de bodyboarding. Pendant qu’elle racontait son expérience, nous avons remarqué que Ralf avait l’air rayonnant. Ralf, un autre participant, est un acteur professionnel, homosexuel et marié. A cause de leur emploi du temps, lui et son époux viennent à des séminaires différents, donc il était seul. Il s’y connaît en bodyboarding et Susan lui avait demandé de lui montrer comment faire. Voici ce qu’elle rapporta :

« J’ai demandé à Ralf de m’apprendre à utiliser la planche parce que ça avait l’air amusant et je voyais bien qu’il savait s’en servir. Pendant l’heure de déjeuner nous sommes allés à la plage. J’étais nerveuse mais il m’a mise à l’aise. J’ai serré la planche et avant de dire ouf, la vague était là. J’ai compris que c’était le moment ou jamais. Ralf m’a dit « vas–y » et j’ai sauté. La vague m’a apportée jusqu’à la plage ! C’était génial !

Ralf souriait. « Elle m’a vraiment écouté ! Elle a sauté exactement au bon moment et elle a attrapé la vague. »

Susan et Ralf étaient visiblement très heureux de cette aventure. Lui, se sentait intelligent, écouté, important et elle aussi. C’est à ce moment là que nous avons réalisé. C’était le premier rendez–vous de Susan. La première fois qu’elle passait du temps avec un homme sans que son ordinateur mental ne catalogue les futurs possibles. Elle était simplement présente et appréciait l’instant.

Si Susan pouvait apporter ce type de passion à ses rendez-vous galants, se contenter de passer un bon moment juste pour passer un bon moment, et accepter l’expérience comme complète, sans chercher à la faire déboucher sur autre chose – sa vie se transformerait. Tout ce dont elle avait besoin c’était d’apporter de l’attention consciente au moment présent. Elle est toujours en train de planifier pour le futur. Avec conscience, Susan pourra maintenant suspendre cette habitude et être présente à ce qu’elle est en train de faire. Dieu sait ce qui va en découler. S’amuser ensemble est un moyen très efficace de commencer une relation amoureuse.

No Comments

Post A Comment