Un moment dans le temps

Par Wendy – Queens, New York

Un moment dans le temps

Un extrait de Being Here…Too, Short Stories of Modern Day Enlightenment, par Ariel and Shya Kane

Obtenez votre copie de Being Here…Too

Mon frère Brian est né un an et demi après moi. Ma mère m’a raconté que quand elle l’a ramené de l’hôpital, j’ai pensé que c’était un cadeau pour moi. En grandissant, Brian semblait toujours savoir tout faire sans qu’on ait besoin de lui montrer. Je lui demandais: Comment tu sais ça ? J’étais surprise et jalouse que tout soit si facile pour lui, du moins c’est ce que je pensais.

Des années plus tard, quand j’ai fini mon diplôme universitaire, j’ai trouvé un job à new York. Mon frère m’a proposé de m’aider à déménager et de me conduire de Rochester où nous habitions à Jersey City où j’avais trouvé un appartement. On a entassé toutes mes affaires dans sa voiture et on est partis. On est arrivés à bon port à l’aide de bonnes vieilles cartes routières, c’était avant les portables et les GPS. On a passé le weekend ensemble à déballer les cartons et on a fait une petite virée à Manhattan pour explorer les environs. Les jours ont passé très vite et bientôt il a dû repartir. On s’est embrassés et il est reparti. En regardant son pick-up s’éloigner, je me suis mise à pleurer.
Le temps a passé, la vie a passé et nous avons perdu le contact. J’essayais de me convaincre qu’un jour on serait à nouveau très proches, parce que je pensais que c’était dans l’ordre des choses, que la vie était comme ça. Mais Brian commença à se droguer. Son addiction s’aggrava et le fossé entre nous s’élargit. Il cherchait à se faire aider mais c’était difficile et il retombait toujours dans ses mauvaises habitudes. J’avais beaucoup de jugements contre lui, mais ils avaient commencé bien avant son problème de drogue.

Un jour, je découvris une nouvelle perspective sur mon frère et ma vie quand une collègue de travail m’invita à une soirée avec Ariel et Shya Kane. Peu après, je participai à un séminaire avec eux et commençai à considérer les relations humaines à travers une nouvelle perspective. Ce n’était pas une décision consciente, ma perspective avait tout simplement changée. Quand j’étais petite, j’avais décidée d’être différente des gens de ma famille. Je pensais qu’ils n’étaient pas assez bien. J’avais des idées préconçues sur ce à quoi une « bonne famille » ressemblait et cela incluait la manière dont une bonne famille devait fêter Noël. Je me souviens de Noëls passés à me morfondre parce que je trouvais qu’on ne le fêtait pas comme il fallait.

Et puis, une fois, je fis l’expérience de ma transformation. J’étais allée à Rochester pour passer Noël en famille et je découvris en arrivant que personne n’avait fait aucun plan pour organiser quoi que ce soit. Au lieu de me plaindre et de me sentir victime comme je l’aurais fait dans le passé, je pris l’initiative d’organiser quelque chose. C’était nouveau pour moi et je me sentis remplie de joie à l’idée de créer cet évènement.
J’obtins la permission de ma sœur d’inviter tout le monde chez elle. Il neigeait ce soir-là. Je préparai mes plats préférés – macaroni au fromage, chou-fleur béchamel, purée onctueuse et une belle salade verte. Ma sœur Holley compléta le tableau avec une tarte aux pommes maison et ma mère apporta sa spécialité de Noël, les biscuits couverts de sucre glace. Tout le monde était heureux de contribuer. Finalement, il y avait peut-être un peu d’espoir pour cette famille !

Le matin même, ma sœur et moi avions acheté des cadeaux pour tout le monde. J’avais choisi un jeu d’échec pour mon frère. Brian était un bon joueur d’échec et il aimait y jouer. On sonna à la porte et j’accueillis ma mère et mon frère. A cet instant, le temps fut suspendu. En voyant mon frère je compris que je devais faire un choix. Soit j’abandonnais mes jugements et je passais l’éponge, soit je m’accrochais à ma liste de griefs. En une seconde j’abandonnai ma liste. Je vis une lumière s’allumer dans ses yeux et en le serrant dans mes bras, je sentis le mur entre nous s’effondrer. Soudain, son nom résonnait agréablement à mon oreille et j’étais vraiment contente qu’il soit là.

La soirée passa en un éclair. Après le diner on échangea nos cadeaux. Je me sentais rassasiée et heureuse. Je réalisai que l’image que j’avais du parfait Noël était une idée d’enfant et je me sentis reconnaissante pour la façon dont tout s’était déroulé ce jour-là.
Je devais rentrer sur New York le dimanche soir et à ma grande surprise, Brian m’accompagna à l’aéroport avec ma mère. En arrivant, je découvris que le vol était retardé et je leur demandai de rester avec moi à l’aéroport. Je n’avais jamais fait ça. D’habitude, j’avais hâte de quitter Rochester mais cette fois ci, c’était différent. On s’installa dans un Dunkin Donuts avec du café et des muffins et on passa le temps en se racontant des blagues idiotes. On s’amusait bien et l’ambiance était tendre et intime. Quand mon vol fut annoncé, on se dit au revoir et je me dirigeai vers la porte d’embarquement avec un grand sourire sur le visage.

Quelques jours plus tard en janvier, je reçus un coup de fil au milieu de la nuit. Mon frère Brian avait fait une overdose d’héroïne et son cœur n’avait pas tenu le choc. Il mourut un peu plus tard dans la nuit et j’étais bouleversée. Je n’arrivais pas à croire que quelques jours plus tôt, nous avions eu les échanges les plus profonds et les plus affectueux depuis des années. J’avais retrouvé mon petit frère juste pour le perdre à nouveau.

Mon frère me manque mais je serai pour toujours reconnaissante pour le temps passé avec lui ce Noël-là. Je suis contente d’avoir pu laisser tomber le passé pour découvrir qui Brian était réellement quand il était encore en vie.

Ceci est un extrait de Being Here…Too, maintenant disponible sur Amazon et dans tous les points de vente.