Trois idées simples pour réduire le stress pendant les fêtes

par Ariel & Shya Kane

Trois idées simples pour réduire le stress pendant les fêtes

Chers amis,

La saison des fêtes est là et nous nous préparons à passer du temps en famille. Une belle occasion d’apporter la transformation en cadeau à ceux qu’on aime. Notre article du mois présente trois idées simples pour réduire le stress en cette période chargée. Nous espérons qu’il vous aidera à célébrer la fin de 2008 en pleine forme et vous préparera à accueillir en 2009 tout ce que la vie a à offrir.

Affectueusement,
Ariel and Shya

Ecoutez — Ecoutez vraiment – Souvent nous sommes tellement « sûrs » de ce qui va se passer pendant nos dîners de famille et nous nous désintéressons de la conversation, légèrement irrité à l’avance envers Oncle Fred ou Tante Susie pour ces sujets qu’ils remettent toujours sur le tapis.

Nous vous suggérons de jouer un jeu avec vous-même et d’écouter activement ce que chaque personne a à dire comme si vous désiriez vraiment l’entendre et comme si vous l’entendiez pour la première fois. Le stress survient lorsque vous résistez quelque chose. C’est le premier principe de la transformation instantanée : ce que vous résistez augmente en intensité (et dans ce cas se met à parler plus fort et plus longtemps). Soyez réaliste, votre famille ne peut pas être différente de ce qu’elle est. C’est le second principe de la transformation : vous ne pouvez qu’être tel que vous êtes à chaque moment…et ceci est vrai également pour votre famille. Le troisième principe de la Transformation s’énonce ainsi : ce que vous autorisez à être exactement tel qu’il est, sans le juger, se complètera. Et si vous pouvez écouter Oncle Fred avec l’ntention d’entendre ce qu’il a à dire,

Ayez de la compassion envers vous-même, si vous espérez en avoir pour les autres – A l’approche des fêtes, il est facile de tomber dans le piège de la complainte perpétuelle. La recherche vaine du « parfait » cadeau, les embouteillages, la queue dans les magasins, le manque de temps…On peut facilement se durcir quand les circonstances deviennent un peu difficiles. Mais avez-vous remarqué que lorsque vous êtes patient envers vous-même, vous êtes aussi patient avec les autres ? Alors, soyez gentil avec vous-même. Si vous montrez de la compassion pour vos faiblesses, vous augmenterez vos chances d’entrer dans l’esprit des fêtes et diminuerez celles de tourner en vieux grincheux.

Arrêtez de traiter vos parents en « parents » – Un jeune homme du nom de Joe, assista à un de nos séminaires récemment après avoir rendu visite à son père. Joe faisait de son mieux pour ne pas se plaindre mais en vérité il avait trouvé le temps passé avec son père un peu difficile. Ils étaient allés voir un match de foot. Pendant le match, un commentateur donnait le détail de chaque passe avec le nom du joueur, mais après chaque passe le père de Joe demandait : « Qui a attrapé ça ? », « Qui a fait cette passe ? ». Finalement Joe avait explosé. Mais tais-toi à la fin! Le commentateur donne le nom de tous les joueurs. Ecoute un peu, et laisse-moi regarder le match en paix ! »

Bien sur, cette saute d’humeur avait créé un mauvais climat. Joe avait traité son père en « parent ». Il n’avait pas vu que son père se sentait seul et avait besoin d’attention. Ca ne lui était pas venu à l’esprit d’anticiper ses besoins et de s’occuper de lui. Il comprit que la prochaine fois qu’ils verraient un match ensemble, il pourrait lui donner l’information avant même qu’il la demande. Joe ne s’en voulut pas d’avoir montrer de l’impatience. Le soir suivant, il appela son père pour le remercier et lui faire savoir qu’il avait apprécié de passer du temps avec lui. En un instant, le stress disparut et leur relation reprit un cours normal.

Alors, si vous vous surprenez à vous comporter comme un enfant vis-à-vis d’un membre de votre famille, prenez un peu de recul et inversez les rôles en leur prodiguant un peu d’attention.

No Comments

Post A Comment