Des diamants à portée de la main

Par Ariel & Shya Kane

Des diamants à portée de la main

Lorsqu’on vit sa vie avec conscience, et qu’on regarde autour de soir, on peut découvrir, chaque jour, des perles le long du chemin. Il faut néanmoins ralentir un peu son rythme et prendre le temps de regarder devant soi, plutôt que de toujours foncer vers une destination « meilleure ». Cela présuppose l’envie de découvrir ce qui se présente, même si d’autres peuvent penser que vous perdez inutilement votre temps. Cela présuppose aussi une bonne dose d’enthousiasme enfantin comme dans le cas de notre jeune ami Milan, de Brooklyn.

L’intérêt de Milan pour les pierres précieuses a émergé à l’âge de 6 ans. Ce qui avait commencé en cherchant des cailloux dans la terre du parc, s’est maintenant transformé en passion confirmée. Comme beaucoup d’enfants, son attention fut captivée par un morceau de quartz ou un caillou de forme intéressante trouvés par chance dans du vulgaire gravier. Et puis son père l’introduisit à la gemmologie et maintenant, à 15 ans, Milan a une collection impressionnante de livres sur le sujet ainsi qu’une petite collection de pierre précieuses et semi-précieuses bien à lui.

A un moment donné dans son apprentissage, Milan a entendu parler d’une légende qui a enflammée son imagination. Selon cette légende, à Manhattan, sur la 47ème rue entre la 5ème et la 6ème avenue, dans un quartier qui abrite le légendaire « Diamond District », vous pouvez trouver des trésors. La 47ème rue est pleine à craquer de magasins où se négocient les pierres précieuses, tous plus tape-à-l’œil l’un que l’autre, vantant bruyamment leur or, leur bijoux, leur diamants ou leur camelote. Mais selon la légende, la richesse ne se trouve pas uniquement derrière les vitrines de verre protégées par des systèmes de sécurité. Milan avait entendu dire que si vous regardiez bien, si vous preniez la peine de chercher, vous pouviez aussi trouver des pierres perdues sur le trottoir. On lui avait dit que si vous preniez le temps, vous pouviez trouver par terre, les diamants que des coursiers ou des clients négligents avaient laissé tomber.

Certains pourraient trouver cela absurde. D’autres pourraient se moquer à l’idée de quelqu’un errant sur le trottoir, les yeux rivés au sol. Des parents pragmatiques pourraient décourager leur enfant de poursuivre ce rêve puéril. Pourtant, les parents de Milan se gardèrent d’une telle chose et l’accompagnèrent plusieurs fois dans ce quartier pour écumer les trottoirs. Il y a trouvé deux diamants noirs, un rubis, quatre émeraudes, six saphirs et quinze diamants. Sa plus grosse trouvaille, un diamant triangulaire d’un demi-carat a été évalué à 600 dollars.Des diamants à portée de la main

Maintenant, à l’âge de 15 ans, Milan continue de poursuivre sa passion pour les pierres précieuses et les choses qui brillent et il a accumulé une collection impressionnante. Il a aussi découvert que si trouver des pierres nourrissait son enthousiasme et sa créativité, partager ses découvertes avec les autres, nourrissait aussi son âme.

Nous ne pensons pas que quiconque ait jamais trouvé fortune sur les trottoirs de Manhattan. Néanmoins, le rêve de Milan nous rappelle l’importance de prendre le temps de regarder où l’on est, avec qui l’on est, et ce qu’on est en train de faire. C’est une simple invitation à poursuivre sa vie avec conscience et persévérance, parce qu’à tous moments, des joyaux restent à découvrir pour qui a les yeux pour les voir.

No Comments

Post A Comment