Aucune raison d’avoir honte…Vous n’avez rien fait de mal.

Aucune raison d’avoir honte…Vous n’avez rien fait de mal.

Aucune raison d’avoir honte…Vous n’avez rien fait de mal.“La question n’est pas de savoir si vous allez tomber, mais plutôt si vous allez vous relever.”
– Vince Lombardi

Aussi adepte que vous soyez à être un “Oui” à la vie, tôt ou tard vous serez contrarié et vous vous retrouverez pris dans un cycle de pensées répétitives – vous savez, ces pensées qui se répètent sans arrêt dans votre tête comme une rengaine qu’il est impossible d’arrêter et qui ne mènent nulle part. Elles sont accompagnées de conversations que vous entretenez avec vous-même, et qui incluent des répliques telles que :

C’est vraiment injuste
On m’a fait du tord
Je n’aurais pas dû faire ca
J’aimerais revenir en arrière et pouvoir refaire ça.

Parfois vous ressassez avec obstination un évènement qui s’est déjà produit, imaginant des dénouements plus favorables. Vous vous repassez une conversation et vous trouvez une meilleure répartie afin de pouvoir remporter la partie, ou vous repensez aux choses que vous auriez dû dire pour mieux faire comprendre votre point de vue.

D’autres fois, vous cherchez une nouvelle issue à quelque chose que vous ne pouvez pas changer. Par exemple, si vous vous êtes disputé avec quelqu’un – peut être un proche comme votre conjoint, ou un parent, et que des paroles regrettables ont été échangées. Plus tard, la nuit quand le sommeil vous fait défaut, vous ressassez la conversation et vous alternez entre le désir de justifier vos actions ou de vous reprocher votre comportement. Ça vous rappelle quelque chose ? N’en ayez pas honte et surtout ne vous en faites pas : Vous n’êtes pas les seuls, vous êtes normal !

Si vous avez été exposé à la Transformation et menez déjà un style de vie “transformée”, lorsque ce type de ressassement stérile se produit, cela vous plonge généralement dans une crise de doutes. Après avoir mené votre barque avec bien être pendant plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années, c’est particulièrement difficile de se retrouver à nouveau dans l’œil de la tourmente émotionnelle. Dans ces cas-là, souvent, vous vous contracter et vous perdez instantanément votre habilité à être un observateur impartial de vos pensées. Vous déclarez que vous n’avez jamais rien appris et que vous n’êtes pas doué pour le moment présent.

Voici ce qui peut se passer dans un cas semblable:

D’abord vous invoquez le 1er principe de la Transformation et vous vous rappelez que « ce à quoi vous vous opposez persiste et augmente en intensité ». Parfois, ce petit mantra suffit à faire éclater votre contrariété comme une bulle de savon. A d’autres moments cependant, cela ne vous soulage que temporairement et après ce bref intervalle de clarté, vous replongez dans le flot de pensées répétitives caractéristiques d’un état de contrariété.

A ce moment-là, vous allez commencer à vous persuader que vous n’êtes vraiment pas doué pour cette chose qu’on appelle “Transformation”, que vous n’y avez jamais rien compris, et qu’il vaut mieux que vous gardiez vos distances jusqu’à ce que vous vous ressaisissiez ou avant que vos amis ne découvrent que vous êtes stupide ou hypocrite. Avez-vous déjà eu cette réaction ?

Voici quelques trucs qui pourront vous aider si, dans cette situation, vous souhaitez retrouver votre équilibre plutôt que de prolonger votre séjour dans votre état de contrariété.

Vous n’êtes pas tout seul – ne l’oubliez pas !

Quand vous ne pouvez pas vous débarrasser de la rengaine des pensées répétitives qui habitent votre mental, vos amis peuvent vous aider. Même si, dans ces moments-là, vous pensez que personne ne s’intéressera plus jamais à vous, ils veulent vous aider. N’ayez pas peur – appelez-les. Un fardeau partagé devient beaucoup plus léger et peut même se dissoudre tel des fils de la vierge, en un instant.

Vos sens peuvent vous ramener à la raison.

Utilisez vos sens – le toucher, le goût, l’odorat – pour vous ramener dans votre centre. Un bon repas, faire l’amour, une bonne douche bien chaude peuvent suffire. S’assoir dans un endroit calme, aller faire une promenade, nettoyer un tiroir qui en a besoin, récurer les carreaux de la douche – n’importe laquelle de ces tâches peut vous ramener à vous-même. De même que jouer avec un enfant ou un animal, regarder les oiseaux, écouter les vagues, faire un jogging, ranger la maison ou mille autres choses encore.

Ne sous-estimez pas le pouvoir d’un bon repas.

Quand vous n’allez pas bien, vous vous tournez souvent vers la nourriture dite “réconfortante”. Pour beaucoup, cela veut dire petits gâteaux, chips, glace et chocolat. Ces nourritures ne sont pas mauvaises en elles-mêmes, mais rien ne vaut un bon repas nourrissant préparé avec soin. Une sorte de potion magique pour réamorcer votre bien être.

Ne sous-estimez pas le pouvoir d’une bonne nuit de repos

Lorsque vous êtes fatigué, votre corps est stressé et devient une sorte de terrain fertile sur lequel les contrariétés en tous genres peuvent éclore et se développer. Le sommeil est réparateur. Il recharge vos batteries mentales, émotionnelles et physiques. Reposé et rafraichi vous pourrez plus facilement redevenir vous-même.

Soyez patient.

Lorsque vous êtes perturbé, c’est comme si votre corps était sous l’emprise d’une drogue de contrariété ou comme si vous aviez la grippe. Parfois, il suffit d’être patient et d’avoir conscience que, comme toutes choses, ça passera.

Rappelez-vous, ce n’est pas un examen et vous n’avez rien fait de mal.

Il n’y a pas de raison d’avoir honte. Rien à cacher. Vous n’êtes pas plus coupable de défaillance qu’un enfant qui perd l’équilibre quand il apprend à marcher. L’important c’est de se relever et de s’y remettre. Avec la pratique vous pouvez être assuré que vous augmenterez votre résistance et qu’à chaque fois il faudra des vagues de plus en plus fortes pour compromettre votre équilibre.

No Comments

Post A Comment