Article du mois

par Ariel & Shya Kane

Si vous avez raté les articles des mois précédents, cliquez ici pour les voir

Safari Photo au Costa Rica

Pour l’article du mois, nous vous offrons les impressions, racontées du point de vue d’Ariel, d’une journée passée dans la nature à chasser les images lors d’une récente visite au Costa Rica. D’après notre expérience personnelle, observer les menus détails, les instants fugaces, devient une aventure merveilleuse quand on est présent pour en goûter toute la saveur. Nous espérons que notre description de ce que nous avons vu, vous inspirera pour découvrir les singuliers détails de votre propre environnement, où que vous soyez.

Bonne lecture!
Ariel et Shya

Les singes que nous avions entendus au crépuscule et qui murmuraient dans les hauteurs du canopée qui nous entourait, étaient sans aucun doute des singes hurleurs. Le jour suivant, ils reprirent leur concert, accueillant le jour avec une sérénade pleine d’ardeur. En passant sous cette bande de singes dispersés dans les branches, j’entendis un son suspicieux “blop…blob, blop” autour de moi et je conseillai à Shya d’emprunter un autre chemin pour gagner la salle à manger de l’hôtel. J’étais sure que les bruits que j’entendais n’étaient pas fortuits, mais un avertissement bien clair, dans le langage des singes, que le territoire était protégé contre les envahisseurs et qu’il valait mieux se le tenir pour dit.

Il y avait clairement plus d’un mâle dominant dans le groupe et ils lançaient en contrepoint, vers le ciel qui s’éclaircissait, leurs cris vigoureux. Des sons profonds et caverneux, un crescendo d’harmonies guerrières qu’ils offraient aux cieux – un salut au soleil, aux arbres et au jour qui commençait.

Après le petit déjeuner, on ramassa nos affaires et le capitaine vint nous chercher pour nous emmener vers le bateau. Bientôt nous étions sur l’eau et nous nous éloignions du quai. Il fait frais le matin avant l’arrivée de la chaleur torride qui presse l’air et le rend irrespirable. Des rayons de soleil obliques percent une épaisse couche de nuages, les grillons chantent dans l’arrière-plan, les oiseaux voltigent, un jeune caïman décampe à l’approche du bateau, nous gratifiant d’un clignement de ses yeux reptiliens. Le bateau remonte le canal, précédé de libellules qui dessinent dans l’air des motifs arbitraires et suivi d’une trainée de plantes aquatiques qui forment un vague sillage.

Nous arrivons au lagon et sa surface limpide scintille d’une profusion de poissons-appât. Bientôt, comme s’il allait pleuvoir, la surface de l’eau se ride et le monde aquatique se met en branle: les sardines commencent à se nourrir. Le plus léger bruit – un toussotement, un changement de position ou le bruit de l’ancre se déplaçant au fond du bateau – provoque une vague de réponses. Les petits poissons sautent hors de l’eau et détalent en bloc. Un cormoran solitaire déploie ses ailes. Les nuages jettent dans l’eau leur reflet diaphane et la brume violette et distante des montagnes nous entoure.

Quand le jour s’installe, Melle. Tarpon commence aussi à se nourrir – sortant de l’eau paresseusement, glissant vers nous, nous séduisant par sa présence alors que Shya, canne à pêche en main, se tient prêt à l’avant du bateau. Notre monde est silencieux mais plein de vie. Les eaux claires du lagon se mélangent aux eaux brunes du canal. Les grands arcs décrits par les appâts qui sautent hors de l’eau tracent le chemin des tarpons qui gueuletonnent sous la surface.

Shya lance la ligne et la dépouille. Il lance à nouveau. Le capitaine doucement change la position du bateau avec un moteur électrique conçu pour être silencieux. Shya continue à lancer. Le soleil monte dans le ciel. La chaleur aussi. On transpire. On attend. On lance. La surface de l’eau explose. Cinquante kilos de fureur contenue s’élance vers le ciel, éclaboussant tout, ses larges écailles brillant sous le soleil. Une danse essoufflante. Shya la rapproche du bateau, le guide nous aide à la soulever pour qu’on la contemple avant de la rendre à son milieu naturel.

La plupart des gens pensent que Shya et moi pêchons pour attraper du poisson. En vérité, notre but c’est d’être présents – quoi que nous fassions. Etre présents pour les menus détails de l’expérience. Car c’est dans les détails que la richesse de la vie se révèle.

 

Depuis 1987, Ariel et Shya Kane, consultants de vie et auteurs de renommée internationale, guident les participants de leurs séminaires vers la clarté et la brillance du moment présent.

Pour en savoir plus sur Ariel et Shya cliquez Biographie. Ils offrent des à New York City, en Allemagne et au Costa Rica. Découvrez également les Meetups Say YES to Your Life! inspirés par leur approche, et leur podcast Being Here. Nous vous invitons aussi à vous joindre à notre communauté pour rester informé sur leurs activités. Finalement, pour toute information sur les 6 ouvrages primés qu’ils ont écrits, visitez Livres & Audios. Leur nouveau livre Being Here…Too est disponible sur Amazon.com.

Books by Ariel & Shya Kane